93 VIES

(en création)

Un projet en quatre étapes et un aboutissement

 

1. La rencontre

L’équipe souhaite rencontrer des jeunes âgé.e.s de 16 à 24 ans dans les quartiers prioritaires des politiques de la ville. Discuter, débattre avec elles.eux au sujet de leurs visions, de leurs vécus dans leurs quartiers périphériques. Nous souhaitons intervenir auprès des lycées, des centres sociaux et des maisons de quartier du 93, d’une part en répondant à des appels à projets et d’autre part en démarchant les acteurs sociaux.

 

2. La formation

Les jeunes intéressés seront invités à suivre des ateliers de formation théâtrale gratuits (minimum 54h)

 

3. Le spectacle

À l’issue de ces formations, dix jeunes seront sélectionné.e.s pour participer au processus de création.

Le spectacle sera écrit à partir de leurs vécus. Il prendra la forme d’un cercle dans lequel se mélangeront les artistes, les jeunes et les spectateur.ice.s. Un.e rappeur.euse de notoriété et un.e danseur.euse de krump, nous accompagneront sur toutes les étapes du projet (ateliers d’écriture, composition musicale et performance… )

L’action se déroulera au centre du cercle, qui évoque toutes les composantes du mouvement hip-hop : du breakdance au krump, du clash au combat de rue, une battle s’installe et la réalité éclate. Les participant.e.s entreront dans ce cercle pour témoigner, jouer, rapper ou danser avant de disparaître à nouveau dans ce dernier.

Les différents éléments du spectacle seront répétés, écrits et préparés à l’avance. Un.e maître.sse de cérémonie veillera au bon déroulement de l’événement mais l’ordre des interventions changera. Celles-ci se feront à vif, selon l’énergie dégagée par l’instant. Le public pourra également intégrer le centre du cercle à tout moment, s’il le désire. Des règles précises seront établies, comme pour un grand jeu dans lequel chacun aura la possibilité de se plonger.

 

4. Le film

Une équipe de cinéma suivra les différentes étapes du projet afin de réaliser un film documentaire. Il s’agit de mettre en évidence les temps forts de cette aventure et en parallèle, de suivre le quotidien de ces jeunes. En réalisant ce documentaire nous aurons l’occasion de témoigner de leur vécu d’une façon encore plus intime et ainsi de faire ressortir la singularité de chacun dans la relation entre expression scénique, textes écrits et vies quotidiennes.

 

Aboutissement

Après la création du spectacle, nous voulons prolonger nos ateliers et offrir des formations dans les divers corps de métiers que regroupe le théâtre. La mise en scène, la dramaturgie, la scénographie, le son ou encore la lumière pourraient en faire partie.

L’idée est de permettre à une nouvelle génération d’artistes de questionner les pratiques théâtrales actuelles par le prisme de leurs vécus, de leurs cultures afin de s’en acquitter et d’explorer un théâtre qui, au travers de sa pluridisciplinarité, aurait le potentiel de se réinventer. 

À terme, notre souhait serait de créer une école de théâtre professionnelle gratuite pour tou.te.s celles et ceux qui n’ont pas les moyens et qui souhaiteraient en faire leur métier. Cette école aura pour objectif la recherche de l’acte physique vivant sur scène et la création de spectacles qui questionneront le monde contemporain et les générations actuelles.

NOTE D’INTENTION

 

 

Ronde d’enfants, cercle de jeux,

Cercle vertueux, cercle vicieux,

Cercle mystique, cercle antique,

Cercle rituel, cercle Afrique,

Cercle hip-hop, cercle urbain,

Cercle de rue, cercle malin,

De la capoeira au rap,

Du krump à la trap,

Tout au long de l’histoire le cercle s’évertue se meut, se mue.

 

Quoi de plus évident qu’un cercle pour parler des cultures urbaines ? Il existe dans presque toutes les formes artistiques rattachées au mouvement hip-hop. Le cercle est aussi la forme la plus usitée par toute communauté, lorsqu’il s’agit de se retrouver, de débattre, de jouer et même parfois de se réchauffer autour d’un feu. Le cercle nous rassemble, nous rassure. Il est en quelque sorte, pour le groupe, l’archétype même de la rencontre. Et c’est bien cela dont il s’agit avant tout dans ce projet, questionner la rencontre.

 

Que signifie se rencontrer ? À quel moment une rencontre n’est plus influencée par le déterminisme social ? Comment considérer l’autre comme notre égal ? À quel moment l’échange devient-il authentiquement réciproque ? 

Au-delà d’une envie d’aider, il s’agit ici de découvrir, d’écouter, de tenter de comprendre, de débattre et enfin de créer d’une manière équitable. Apporter les outils qui permettront, simplement, de libérer un langage tant oral que physique. 

 

Je travaille depuis plus de vingt ans sur des formes archaïques du rituel vaudou afro-haïtien qui m'ont rapproché d'une compréhension plus profonde et plus organique des racines africaines de l'humanité. Ce parcours s’est profondément inscrit en moi et à fini par rejaillir, au cours de ces longues années, dans mes créations, dans ma recherche et surtout dans ma pédagogie. Le hip-hop, du krump au breakdance, du rap au slam, me semble puiser à la même source par certains aspects : usage du cercle, défi, aspects rituels, importance de la communauté, et cette parenté a fini par m’intriguer, m'interpeller et enfin m’appeler. Nous partons ici, de l’hypothèse que par leur rencontre, ces arts urbains et le théâtre, la danse, les mots, le mouvement, l’incarnation pourraient s’enrichir mutuellement. Si elle ne se vit pas dans le même cadre, avec les mêmes impératifs, la recherche sur le mouvement que je pratique depuis vingt ans s'abreuve aux mêmes sources que certains aspects de ces arts urbains, et je suis curieux de voir ce qu'une rencontre pourrait susciter de part et d'autre. Je suis persuadé qu’elle ne pourrait être qu'explosive.

 

Ici, il s’agit d’une création tout terrain, que l’on peut jouer dans le hall d’un théâtre, dans une cité, dans la rue… Un spectacle caméléon, qui aura le potentiel de se métamorphoser selon l’instant, le public, le cadre, la situation afin de maintenir une recherche vivante. Un spectacle qui se fiera à l’instinct des protagonistes et prendra comme seule construction dramaturgique l'énergie des participant.e.s. Un spectacle qui délaissera les formes théâtrales classiques pour s’inspirer des bases structurales performatives tel que la capoeira, le krump et bien d’autres arts plus anciens tous issus de styles très différents mais évoquant fortement les anciennes cultures africaines et leurs capacités à s’adapter pour survivre, de manière toujours plus créative, face aux diverses oppressions. 

 

Thibaut Garçon

LES PARTENAIRES

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
Mentions légales • Tous droits réservés 2017-2020 © Tonnerre de Singe !